Le contraire de l’amour

Cie Passeurs de Mémoire

Théâtre

 

Instituteur, attaché à la langue française tout autant qu’à l’indépendance de son pays, humaniste, progressiste, ayant foi avant tout dans les vertus de l’éducation, Mouloud Feraoun fut aussi un écrivain remarquable.  » Pur produit de la colonisation  » pour certains, « dangereux indépendantiste » pour les autres, il trouvera la mort le 14 mars 1962, assassiné par l’OAS.  Peu de temps après, le journal qu’il tenait sur conseils de ses amis Albert Camus et Germaine Tillon a été retrouvé.

C’est ce texte que Dominique Lurcel a choisi d’adapter dans une sobriété qui laisse toute la place aux mots de Feraoun, portés par Samuel Churin et accompagnés du violoncelle de Marc Lauras. À travers une description de la vie de tous les jours, Feraoun dépeint l’inexorable et irréparable divorce entre algériens et français après plus d’un siècle de cohabitation. On y entend la parole d’un homme juste, écartelé entre ses cultures, ses principes et les tourments de son époque.

Une pièce éblouissante dont on sort estomaqué (…) Un témoignage fort, émouvant.             Le Dauphiné Libéré

+ d’infos : https://passeursdememoires.wixsite.com/passeursdememoires/la-compagnie

Version scénique & Mise en scène Dominique Lurcel / Avec Samuel Churin et Marc Lauras / Violoncelle Marc Lauras / Lumière Céline Juillard / Scénographie Gérald Ascargorta / Costumes Angelina Herrero / Régie générale Guislaine Rigollet / Production Passeurs de mémoires / Avec le soutien du Conseil Régional d’Ile de France – Aralis/Traces immigrées en Rhône Alpes – de la Maison des Passages – et de Sixième Continent. Spectacle soutenu par la Ligue des Droits de l’Homme.