Les Nuits Givrées : Karimouche/Mélissa Laveaux

Concert debout

Karimouche

1ère partie

Elle passe d’une vie à l’autre entre deux riffs. Silhouette féline des faubourgs hexagonaux. Boule de feu des cafés concerts. Dépositaire des aubes de Kabylie. Peu importe les métamorphoses : c’est à sa voix qu’on reconnaît Karimouche. Une voix chaude, frondeuse, qui bouscule nos certitudes sur des beats hypnotiques. Chanteuse, slameuse, rappeuse, danseuse, actrice de one-woman-show, héritière de Fréhel comme de Cheikha Rimitti, il s’avère impossible de lui assigner une origine, une adresse, un emploi ou même une humeur. D’où vient-elle ? La portée universelle de sa musique rend la question vaine. Son troisième opus, Folies Berbères, en témoigne : si l’influence orientale est résolument assumée, elle ne bouscule pas moins les frontières établies. Karimouche conjugue poésie, chronique sociale et sens de la dérision. Il faut en effet la voir tenir une salle hilare pour prendre la mesure de son inspiration. L’évidence s’impose : Karimouche n’a qu’une patrie, la scène.

Chant : Karimouche ; Clavier : Pierre VAdon ; Percussions / Machines : Nicolas Taite ; Création lumière : Manuel Privet ; Producteur : Blue Line

 

« Chanteuse néo-réaliste, diva orientale ou rappeuse ? Karimouche est un peu tout à la fois, un mélange fascinant, une énergie incomparable. Ce n’est pas une artiste, c’est une tornade » L’Obs

 

 

+ d’infos : https://www.bluelineproductions.info/karimouche

 

 

Mélissa Laveaux

2ème  partie

Originaire d’Haïti, élevée au Canada et vivant à Paris, Mélissa Laveaux est riche d’influences multiples. Après deux albums qui naviguaient entre folk langoureuse et pop percutante, elle célèbre aujourd’hui ses racines créoles dans « Radyo Siwèl », un album qui explore et revisite le répertoire haïtien.
L’occasion pour la chanteuse de se réinventer à travers des rythmes caribéens rehaussés d’un soupçon de pop, d’un brin de rock et d’une bonne dose de soul. Le tout donne des morceaux ensoleillés, modernes aussi bien qu’ancrés dans une certaine tradition et taillés sur mesure pour la voix puissante, légèrement éraillée de Mélissa Laveaux. On retrouve chez celle-ci du Nina Simone, du Joni Mitchell, du Cesária Évora et surtout beaucoup de Mélissa. Car celle-ci a une personnalité singulière, inclassable et un charisme qui prend toute sa dimension sur scène où elle livre une prestation entraînante et magnétique.

Guitare, voix : Mélissa Laveaux ; Basse : Elise Blanchard ; Batterie : Martin Wangermé

 

« C’est beau, relevé, sentimental ou euphorique, exotique sans cliché, bref réussi »
Rolling Stones

 

 

+ d’infos : https://fr-fr.facebook.com/melissalaveauxoff